Accueil FARM
rss LinkedIn Facebook Twitter Youtube Abonnement/Subscribe

Actualités

« Contractualiser pour transformer : enjeux pour les agricultures africaines », colloque international de FARM à l’OCDE

Illustration

En 2017, la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde a consacré son colloque annuel, co-organisé avec Pluriagri, aux « promesses et chausse-trappes de l’agriculture contractuelle en Afrique ».

En 2018, FARM a décidé d’approfondir ce débat en explorant les moyens et conditions permettant au contrat de servir la transformation des agricultures africaines vers plus de durabilité économique, sociale et environnementale.

A partir des témoignages de différents acteurs des filières agroalimentaires, le colloque examinera les liens existant entre contractualisation et responsabilité sociale et environnementale des entreprises, discutera de la contribution possible de l’agriculture contractuelle à la lutte contre la déforestation et présentera divers exemples de partenariats visant à mieux intégrer les petits producteurs dans les chaînes de valeur, tout en réduisant la pression de l’activité agricole sur les ressources naturelles et le climat. Les inscriptions seront ouvertes en septembre.

Contractualiser avec les agriculteurs en Afrique : rapport du groupe de travail


Le 27 juin 2018 - La Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde vous propose le premier rapport du groupe de travail qu’elle anime sur le thème : Contractualiser avec les agriculteurs en Afrique.

L’Afrique doit relever d’immenses défis : nourrir une population qui va doubler d’ici à 2050, alors que près d’un quart de la population au sud du Sahara ne mange pas à sa faim et que le changement climatique aura des effets globalement négatifs sur la production agricole ; lutter contre la pauvreté, alors que plus de 40 % de la population vit avec moins de 1,90 $ par jour ; créer des emplois en grand nombre, pour les millions de jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail.

Les filières agroalimentaires sont un levier essentiel pour relever ces défis et atteindre plusieurs des Objectifs de développement durable fixés par l’Organisation des Nations unies en 2015. Le potentiel agricole de l’Afrique est en effet encore largement sous-exploité et l’amélioration des performances tout au long des chaînes de valeur peut contribuer à accroître fortement les revenus et l’emploi, en particulier dans les zones rurales où se concentre l’extrême pauvreté.

La contractualisation entre agriculteurs et entreprises d’amont ou d’aval est un outil majeur pour la construction et le renforcement des filières. Son impact bénéfique sur les revenus des producteurs est largement documenté. Pourtant, elle est encore peu développée en Afrique, à l’exception de certaines productions, et fait l’objet de plusieurs critiques. La plus courante est que les contrats permettraient aux entreprises agro-industrielles d’asseoir leur domination sur un secteur agricole très atomisé, constitué majoritairement de petites exploitations, qui se verrait ainsi imposer des conditions de production ou de commercialisation inéquitables. Cet argument est légitime et appelle une réponse, mais il est loin de résumer la complexité de la situation et d’expliquer les difficultés rencontrées par la contractualisation.

Dans ce contexte, FARM a constitué un groupe de travail avec des entreprises françaises(Agrial, Avril, Compagnie Fruitière) et africaines (Dafani, Danaya Céréales) et une ONG, le Gret, pour comprendre les raisons de ces difficultés et réfléchir aux solutions susceptibles de les surmonter, afin que l’agriculture contractuelle puisse contribuer pleinement au développement durable de l’agriculture en Afrique.

Télécharger le rapport.

FARM au forum international de l’IEM à Madagascar


Jean-Christophe Debar, directeur de FARM, est intervenu le 25 mai 2018 au premier forum international de l’Initiative émergence Madagascar (IEM), à Antananarivo. Il a plaidé notamment pour un investissement accru dans l’agriculture, clé de voûte de la sécurité alimentaire, de la lutte contre la pauvreté et de la création d’emplois.

Voir en vidéo l’intervention de Jean-Christophe Debar.

FARM devant l’Association des amis de l’Académie d’agriculture de France le 15 mai 2018 : Agriculture et alimentation dans le monde, quelques sujets de débat


Jean-Christophe Debar, directeur de FARM, est intervenu devant l’Association des amis de l’Académie d’agriculture de France, le 15 mai, pour présenter les activités de la fondation. Il a centré son propos sur trois sujets qui prêtent à controverse en matière de développement : l’augmentation de la productivité du travail agricole en Afrique, en lien avec la transition vers l’agroécologie et le potentiel de création d’emplois dans les filières agroalimentaires ; la gestion des risques climatiques et de marché, délaissée par les politiques agricoles ; la construction de filières agroalimentaires plus inclusives, qui requiert à la fois un partage de la valeur plus équilibré et des organisations de producteurs plus efficaces.

Télécharger la présentation de Jean-Christophe Debar.

FARM sur RFI


Insécurité alimentaire : la détérioration de la situation en Afrique préoccupe la FAO réunie pour sa conférence régionale pour l’Afrique (ARC) qui s’est tenue du 19-23 février à Khartoum (Soudan).

L’Afrique soutient-elle suffisamment son agriculture ?

Telle est la question à laquelle Jean-Christophe Debar, directeur de FARM, répond dans cet interview réalisé à Paris par RFI, le 21 février 2018, en marge de la conférence que consacrait FARM au soutien à l’agriculture dans le monde.

Lire et écouter l’article de RFI.

Conférence le 16 février 2018 : Soutien à l’agriculture : où en est-on ?


L’agriculture et, plus largement, les filières agroalimentaires sont des leviers cruciaux pour atteindre plusieurs des 17 objectifs de développement durable fixés par les Nations unies à l’horizon 2030 : éradication de la pauvreté, élimination de la faim, accès à des emplois décents, réduction des inégalités, lutte contre les changements climatiques ou encore protection des écosystèmes.

Lire et écouter l’article RFI consacré à l’insécurité alimentaire en Afrique

La réalisation de ces objectifs dans les pays les moins avancés conditionne, pour une bonne part, la sécurité globale et les flux migratoires. Il est donc particulièrement important de suivre l’évolution du soutien octroyé par les États à leurs agriculteurs, en termes quantitatif et qualitatif, ainsi que les changements potentiels des règles multilatérales qui encadrent le niveau et la forme des aides agricoles pour limiter les distorsions des échanges commerciaux.

Deux tables rondes successives ont abordé les thématiques suivantes :

• Panorama comparé du soutien à l’agriculture dans le monde. Des experts de l’OCDE, de la FAO, de l’IFPRI et du ministère français de l’Agriculture ont évoqué les résultats d’une étude de FARM analysant les politiques d’aide à l’agriculture menées dans différents groupes de pays selon leur niveau de revenu et mettant en évidence, en particulier, les carences observées en Afrique subsaharienne ;

Télécharger la présentation de Jean-Christophe Debar

• Le blocage des négociations agricoles à l’OMC et l’avenir du système commercial multilatéral. Des représentants de l’OMC et de divers gouvernements ont débattu de l’échec de la conférence ministérielle de Buenos Aires et des perspectives d’évolution dans le contexte actuel de repli politique, de tentations protectionnistes et de multiplication des accords commerciaux bilatéraux et régionaux.

Télécharger le programme

Colloque FARM, le 24 novembre 2017 - Partenaires ! Promesses et chausse-trappes de l’agriculture contractuelle en Afrique


Colloque international - FARM - Pluriagri
Le vendredi 24 novembre 2017, de 9h00 à 17h15, à l’OCDE
Partenaires ! Promesses et chausses-trappes de l’agriculture contractuelle en Afrique

Télécharger le programme

Télécharger la présentation de Paule Moustier, du CIRAD

Télécharger la présentation relative aux enseignements du groupe de travail "contractualisation" piloté par FARM

Télécharger le communiqué de presse

Rappel des objectifs du colloque

La contractualisation entre les producteurs agricoles et les entreprises d’amont et d’aval est souvent présentée comme une voie privilégiée de développement des agricultures du Sud. Elle permet, en théorie, de sécuriser débouchés et approvisionnements et de répondre plus étroitement aux demandes des consommateurs, tout en offrant aux petits producteurs un accès au marché.

Dans la pratique, l’agriculture contractuelle est mise en œuvre surtout dans les filières d’exportation et pour les productions qui doivent impérativement subir une transformation (lait, sucre, cacao…). Mais un nombre croissant de gouvernements, en Asie, en Afrique et en Amérique latine, ont mis en place, avec les bailleurs de fonds, des partenariats public-privé pour favoriser son extension.

La contractualisation n’est pas une fin en soi ni la seule voie de développement de l’agriculture. Elle ne peut être bénéfique aux différents partenaires et à la collectivité que si certaines conditions sont réunies, permettant d’améliorer les performances économiques, sociales et environnementales des chaînes de valeur. Le colloque vise à explorer les prérequis nécessaires à la réussite de l’agriculture contractuelle en Afrique pour qu’elle puisse, effectivement, contribuer à un développement durable des filières agroalimentaires.

Le colloque de FARM a été organisé avec le soutien de Crédit Agricole S.A., AGRIAL, l’Agence française de développement, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Pied de page Contact Sites Web Plan du site Mentions légales